dans cette rubrique :

Dans le cadre de ses apéros au Café Mon Paris, la Presse musicale internationale recevait ce 23 mai le violoncelliste Yan Levionnois. Rencontre avec un jeune musicien complet et passionné.

yan levionnoisYan Levionnois n'a pas mis longtemps à trouver son instrument : son père, Éric Levionnois, est violoncelle solo de l'Orchestre philharmonique de Radio France ; c'est auprès de lui qu'il commence son apprentissage avant de suivre, entre autres, les cours de Marc Coppey au CNSM de Paris. Un peu plus tard, il se choisira un autre mentor, en étudiant à Oslo auprès de Truls Mørk, puis poursuivra sa formation à la Juilliard School de New York avec Timothy Eddy. Il profite de ce séjour états-unien pour étudier la philosophie à la Columbia University.

Six ans après la création de son ensemble Secession Orchestra, le chef d’orchestre et compositeur Clément Mao-Takacs s’affirme comme l’une des fortes personnalités de la scène musicale. Au café Mon Paris, il ouvre la saison 2017-2018 des « apéros PMi ».

Clément Mao TakacsClaude Doaré 1 150x150En ce début de saison, l’actualité de Clément Mao-Takacs est foisonnante. Après un récent concert dans la cour Marly, à l’occasion des 120 ans de la Société des Amis du Louvre, il retrouvait ces jours-ci l’auditorium du musée pour un programme autour de Debussy et la danse, composé d’orchestrations de pages pour piano réalisées par le chef d’orchestre lui-même. Quelques semaines auparavant, avec ses musiciens il était au Musée d’Orsay pour un programme viennois en hommage à Henry-Louis de La Grange, le fondateur de la Médiathèque musicale Gustav Mahler. On ne s’étonnera pas de cette fréquentation assidue des musées chez un musicien qui prône toujours le rapprochement des arts ; il n’a pas donné par hasard à son orchestre le nom de Secession, ce mouvement viennois prônant le renouveau et le dialogue des arts. Comme ces artistes du siècle dernier dont il invoque le nom, Clément Mao-Takcas refuse de se laisser enfermer dans un seul répertoire : « Du baroque au contemporain, les musiques se complètent », souligne-t-il. Et de citer ces grands maîtres du concert – Bernstein, Karajan, Kleiber – qui n’ont jamais cessé de diriger l’opéra.

Photo © Claude Doaré

 

leo warynski

Au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, Léo Warynski se forme auprès de François-Xavier Roth à la direction d’orchestre et auprès de Pierre Cao pour la direction chorale. Chef polyvalent, il dirige aussi bien le répertoire symphonique que lyrique, les formations chorales qu’instrumentales, avec un goût prononcé pour la musique d’aujourd’hui : on lui doit notamment la création des opéras Aliados de Sebastian Rivas et Giordano Bruno de Francesco Filidei. Léo Warynski est directeur musical de l’ensemble instrumental Multilatérale et du chœur Les Métaboles, qu’il a fondé en 2010.

gilbert amy dejeunerPour son déjeuner du mardi 8 novembre 2016, la PMi invite une grande figure de la musique contemporaine en la personne de Gilbert Amy. Avec Pierre Boulez dont il fut l’élève puis le successeur en 1967 à la direction des Concerts du Domaine musical, il partage la triple activité de compositeur, chef d’orchestre (il fonde en 1976 le Nouvel Orchestre Philharmonique de Radio France) et « penseur de la musique ». En 1982, il enseigne la composition et l’analyse à l’Université de Yale avant sa nomination à la tête du Conservatoire national supérieur de musique et danse de Lyon de 1984 à 2000.

Dans un catalogue riche en pièces instrumentales, de chambre et pour ensemble, la voix et le texte occupent une place toute particulière, depuis Œil de fumée en 1956 jusqu’à son opéra Le Premier Cercle, créé quarante ans plus tard à l’Opéra national de Lyon, salué par la critique comme l'un des événements les plus marquants de la création lyrique en France de ces dernières années. Les 5 et 6 novembre 2016, Radio France lui rend hommage pour ses 80 ans à travers une série de cinq concerts intitulée « À la rencontre de Gilbert Amy ».

Didier Grojsman

Photo : Didier Grojsman © Caroline Doutre

Un « OCNI », un « objet culturel non identifié », tel est et demeure pour les responsables de la culture notre invité de ce jour, Didier Grojsman, malgré bientôt trente ans  d’activités et de combats pour faire vivre le Créa, Centre de création vocale et scénique.

C’est en 1987 que ce jeune conseiller en éducation musicale de Seine-Saint-Denis, impuissant à faire chanter les écoles au sein de l’Éducation nationale, décide de créer ce Centre avec le soutien du Théâtre Jacques-Prévert d’Aulnay-sous-Bois. Avec une conviction chevillée au corps, inchangée depuis trente ans : on ne peut devenir un adulte épanoui et un citoyen porteur de véritables valeurs sans avoir eu une pratique artistique dans l’enfance.

Un projet artistique pour valoriser l’être humain, grâce auquel – comme l’a souligné Albert Jacquard, parrain du 20e anniversaire du Créa – chacun peut réussir à s’accomplir sans nul esprit de compétition. Avec le chant comme prétexte d’une éducation globale valorisant l’écoute, la concentration, le respect, le partage.