dans cette rubrique :

Catherine Kollen
Catherine Kollen - photo DR

 

Fidèle à sa vocation et à son attention à l’égard des jeunes talents et de ceux qui les soutiennent, la PMI reçoit en ce mois de mars Catherine Kollen, directrice de l’Arcal depuis 2009 et dont Pedro-Octavio Diaz résume le parcours : formée en musicologie autant qu’en gestion des affaires culturelles, elle passe au Gewandhaus de Leipzig, avant derejoindre le centre de musique vocale de Royaumont qu’elle a contribué à développer dans sa forme actuelle.

L’Arcal se définit comme une compagnie lyrique, imaginée il y a trente ans, destinée à faire se rencontrer des artistes à la croisée du théâtre et de la musique. Notre invitée souligne l’importance de la transversalité entre les arts, entre le spectacle et les sens, sinon le monde, colonne vertébrale du programme de la structure, dont la portée ne manque pas d’être également politique.

fanny azzuro

Fanny Azzuro a 28 ans. Chevelure brune et courte, souriante, elle vient de faire paraître chez Paraty un enregistrement , « Russian impulse », consacré à Prokofiev, Rachmaninov et Kapoustine ; elle est l’invitée de notre second apéro PMi.

Autour d’une table et d’un verre à l’étage du Falstaff, on apprend ainsi que les origines transalpines de son nom remontent à trois ou quatre générations. Elle a commencé le piano à huit ans à Montpellier, d’abord par émulation familiale, son frère jouant lui aussi de la musique. Montée à Paris à 16 ans, elle travaille avec Olivier Gardon au CRR de la rue de Madrid puis au CNSM, se perfectionne en Italie, à Imola, et y rencontre Boris Petrushansky, qui devient son maître : son piano ne sera pas intellectuel et engagera physiquement son corps – on sait que le soliste russe fut élève entre autres de Neuhaus, cousin de Szymanowski qui forma Richter ou Guilels.

Fanny Azzuro (photo © J.B. Millot)

Philippe Hersant (photo DR)

Pour son premier déjeuner de l’année 2015, la PMI reçoit à sa table habituelle Philippe Hersant, l’un des compositeurs les plus joués de sa génération – à juste titre. Jean-Guillaume Lebrun présente, avec un authentique enthousiasme, notre invité, qui fait partie des musiciens « inclassables », à l’instar d’un Dutilleux par exemple. Son œuvre, riche de plus de cent cinquante opus, touche à l’ensemble des genres, du symphonique au lyrique, en passant par le répertoire de chambre ou le concerto, voire la musique de ballet et de film, avec un langage personnel et poétique, qualifié par certains de « clair-obscur », qui enjambe les rivalités de chapelles, audemeurant en voie d’extinction. Les créations de notre hôte bénéficient souvent de reprises par nombre d’interprètes, et lui valent la reconnaissance par la profession comme par le public, à l’image des Victoires de la musique dont il fut deux fois lauréat. La dimension sociale de son travail ne lui a d’ailleurs pas échappé, composant pour le festival de Clairvaux à partir d’écrits de détenus.

Philippe Hersant (photo DR)

Compte rendu du déjeuner avec Renaud Capuçon, 23 septembre 2014 (photo © renaudcapucon.com)Renaud Capuçon (photo © renaudcapucon.com)

Violoniste international, chef d’orchestre et directeur de festival, Renaud Capuçon brave une voix presque aphone pour nous faire l’honneur de partager notre table. De ce musicien protéiforme, Michel Le Naour résume le parcours pétri de fidélité – partenaires de jeu, mais on de disque depuis ses débuts, Virgin. Notre ami soulignel’originalité et l’audace des choix du soliste, à l’instar d’un récentdisque associant Bach à un compositeur letton contemporain, et met en évidenceson engagement pour les répertoires délaissés et la création. À cet égard,Renaud Capuçon montre un éclectisme et une absence de préjugés remarquables,dépassant des clivages entre musique tonale et atonale qu’il estime être des archaïsmes français hérités des années d’avant-garde après la Seconde Guerre mondiale.

 

Yves Chauris (photo DR)

Si elle invite régulièrement des artistes confirmés, notre association n'en porte pas moins une attention sensible aux jeunes talents, et c'est grâce aux soins de Marcel Weiss qu'elle convie en ce lundi de mi-novembre Yves Chauris, dont une nouvelle pièce Un minimum de monde visible sera créée par l'Ensemble Intercontemporain et Pablo-Heras-Casado à la Cité de la musique le 14 janvier 2014 – après le Concertgebouw à Amsterdam trois jours plus tôt.

Ce jeune compositeur trentenaire, dont le langage personnel se veut accessible à un large public, n'est pas issu d'une famille musicienne, mais a montré précocement des dispositions pour la musique – plongé dans un traité d'harmonie à sept ans, il a rapidement improvisé sur le piano du foyer natal, à Brest, et a tenté très tôt de déchiffrer l'Opus 111 de Beethoven. Entré au Conservatoire de Paris à 18 ans, il se reconnaît des professeurs – parmi lesquels ceux d'analyse lui ont apporté beaucoup – mais pas de maître. Il confesse une profonde admiration pour Dutilleux, qu'il regrette n'avoir jamais abordé, et comme ce grand monsieur récemment disparu, il aime mûrir ses œuvres, travailler sur le timbre, les mimétismes de couleurs. Ainsi, dans l'une d'entre elles, il joue sur les fréquences inhabituelles du violoncelle, ailleurs il essaie de reproduire des attaques avec des instruments non accordés, manie la scie musicale. Après deux ans de résidence en composition à la Casa Velasquez à Madrid, il est parti six mois à la fondation Kujoyama au Japon, où il a été fortement impressionné – en particulier par les nombreux aspects cachés de la vie sociale nipponne, contraignant souvent à passer par des intermédiaires pour des demandes qui, en Europe, se feraient directement.