dans cette rubrique :

sibelius DRParmi les célébrations du cent cinquantenaire de Sibelius, né le 8 décembre 1865, une des plus importantes a été la Conférence internationale organisée du 4 au 8 décembre à Hämeenlinna, sa ville natale, à une centaine de kilomètres au nord d’Helsinki. Sixième du genre (une tous les cinq ans depuis 1990), elle réunissait notamment une soixantaine de « spécialistes » de plusieurs pays : Allemagne, Angleterre, Estonie, Etats-Unis, Finlande, France, Israël, Italie... Marc Vignal évoque ici ce grand rendez-vous autour de l'œuvre du compositeur finlandais.

Jean Sibelius (photo DR)

Dans des communications d’une vingtaine de minutes chacune, les participants ont fait part en anglais de leurs recherches, découvertes, analyses et/ou interrogations. Il a été question de la réception de Sibelius dans le monde, de son modernisme, de ses rapports avec ses contemporains, de son importance pour les compositeurs d’aujourd’hui, de ses rapports avec la politique nationale et internationale, etc.

bohuslav martinu
Bohuslav Martinu (photo DR)

Pour honorer Guy Erismann, fidèle « tchéquophile », les musicologues pragois organisèrent un colloque évoquant Martinu et la France (1997). Je suggérai d’emmener avec nous Manuel Rosenthal, interprète de la première heure. Alors âgé de 93 ans, l’illustre disciple de Ravel hésita puis me proposa un entretien dont nous pourrions disposer. Un passionnant après-midi, rue du Moulin des Prés, donna naissance à l’interview très informée qu’on va lire. Les questions ont été résorbées : restent l’effervescence d’un témoin vigilant, sa vivacité, son franc parler. Il a paru nécessaire de laisser sans apprêts ce français parlé, improvisation zigzagante, qui, pour Prague, dut être purgée de quelques aspérités… On trouvera ci-dessous cet entretien intégral, significatif en ses redites comme en ses insolences.

Marcel Marnat

 

BenjaminBritten

La Sérénade de Benjamin Britten : poésie anglaise, musique universelle

Lorsqu'il compose sa Sérénade pour ténor, cor et cordes en 1943, Benjamin Britten n'est pas encore le grand compositeur d'opéras que l'on connaît aujourd'hui : il rencontrera son premier succès lyrique deux ans plus tard avec Peter Grimes. Cependant, la voix est déjà son instrument de prédilection : plus particulièrementcelle du ténor Peter Pears. Celui-ci partagera la vie et l'œuvre ducompositeur, son humanisme aussi qui transparaît dans cette Sérénade qui emprunte aux poètes anglais (Tennyson, Blake, Keats...) pour dire, à travers le thème de la nuit, l'universalité des émotions. 

Cette conférence de Jean-Guillaume Lebrun, organisée par la radio Accent 4 (www.accent4.com), a été prononcée le 4 décembre 2014 comme « avant-propos musical » au concert de l'Orchestre philharmonique de Strasbourg dirigé par HK Gruber. Nous en publions ici un résumé.

 

2010, bicentenaire de la naissance de Frédéric Chopin. Partout dans le monde de nombreuses manifestations, du concert au festival en passant par le cinéma et les conférences, sont organisées pour célébrer l'événement. Les Polonais, fiers de leur musicien national, ont même établi le site internet officiel répertoriant tous les événements célébrant le compositeur. La PMI a décidé d'embarquer pour un voyage musical menant bien évidemment en Pologne, mais aussi en Allemagne, patrie de Robert Schumann, également né en 1810, en Chine, pays très musicien ayant révélé des interprètes de talent dont Lang Lang, qui a inauguré l'Année Chopin en Pologne, ainsi qu'en Espagne puisque Chopin séjourna à Majorque avec George Sand, et aux États-Unis.

 

Ludmil Angelov photo DR

 

Le pianiste Ludmil Angelov - photo DR

 

Ce qui frappe de prime abord lorsque l'on décide de naviguer entre toutes ces commémorations, c'est de constater que pour célébrer dignement un bicentenaire, on ne peut apparemment organiser des célébrations que sous le signe de la série : dès le 8 janvier, au lendemain de l'inauguration de l'Année Chopin à Varsovie qui a donné lieu à un concert d'envergure avec Lang Lang et l'Orchestre Philharmonique de Varsovie, et du concert du jeune Jan Lisiecki à Cracovie avec l'orchestre Sinfonietta Cracovia, les cycles de concerts commençaient. Le Teatro de la Maestranza à Séville ouvrait ainsi son « cycle Chopin » avec le pianiste Ludmil Angelov : une fois par mois environ, le musicien russe a délivré ses interprétations des compositions de Chopin dans le but de jouer l'intégrale des œuvres du compositeur. Cette entreprise de taille s'achève le 21 juin.

L'année 2007 sera celle du centenaire de la mort de Joseph Canteloube de Malaret, disparu le 4 novembre 1957. Né le 21 octobre 1879 à Annonay, au nord de l'Ardèche, il s'est illustré toute sa vie comme pianiste et comme compositeur. Elève d'une disciple de Chopin, il apprit le piano d'après une méthode manuscrite du compositeur franco-polonais et devint l'un des virtuoses recherchés de son époque.

Canteloube

Compositeur indépendant, il a conjugué l'héritage de Claude Debussy et celui de Vincent d'Indy dont il fut l'élève à la Schola Cantorum. Il a puisé son inspiration panthéiste dans la nature et le chant populaire. Musicien folklorique, il fut le Bartók français, collectant des centaines de chansons populaires des provinces de France, réunies en anthologies ou harmonisées avec accompagnement de piano ou d'orchestre ou encore pour chœur a capella.

 

mots-clés fréquents