dans cette rubrique :

Faut-il encore inaugurer la Philharmonie de Paris ? La grande institution basée à la Porte de Pantin reste ainsi en froid avec l’architecte Jean Nouvel et l’on attend encore de pouvoir accéder à la terrasse et de découvrir le panneau lumineux extérieur. Pour autant, l’ensemble des aménagements intérieurs a été finalisé cet été, particulièrement l’ajout de multiples éléments acoustiques dans la grande salle. Et le grand orgue sera inauguré par Thierry Escaich lui-même lors du concert du 28 octobre prochain dédié, notamment, à la Troisième Symphonie de Saint-Saëns et à une improvisation du compositeur français.

philharmonie ext beaucardetC’est dans ce contexte qu’une vingtaine de membres de la PMI étaient invités par Philippe Provensal, responsable du service de presse, à visiter les nouveaux aménagements intérieurs. Outre la maquette du site et des salles consacrées aux ateliers pédagogiques de groupe, il nous aura ainsi été donné d’accéder au grand auditorium ainsi qu’aux espaces dédiés à l’orchestre (salle d’attente et de répétition) sous la houlette experte d’Emmanuel Hondré. L’actuel directeur du département Concerts et spectacles de la Philharmonie n’a pas son pareil pour présenter le projet et son fonctionnement, autour d’une érudition frappant l’admiration, sans parler de ses dons réels d’orateur. Didier Van Moere rappellera aussi en fin de visite combien notre hôte reste, en tant que « vrai musicien », un oiseau rare parmi les organisateurs de concerts.

la juive gand

La Juive à l'Opéra de Flandres, avril 2015 © Annemie Augustijns

C’est à l’initiative de Caroline Alexander que la PMI dépêche une délégation pour la première de La Juive de Jacques-Fromental Halévy à Gand, mise en scène par un des grands noms du théâtre germanique, Peter Konwitschny. Familière de l’Opéra des Flandres, elle a organisé, avant la représentation et de concert avec l’attaché de presse Wilfried Eetezonne, une rencontre avec le directeur des lieux, Aviel Cahn, en poste depuis 2008.

UNE DÉLÉGATION DE LA PMI À BUCAREST POUR LE FESTIVAL GEORGE ENESCO EN 2013 (PHOTO PMI)délégation de la PMI à Bucarest pour le festival Enesco (photo PMI)

C'est la troisième fois que, grâce à Mihai Brancovan et Costin Popa, le festival de Bucarest reçoit une délégation de la PMI, et notre association se sait très honorée par cette invitation. Au milieu de notre marathon musical, dont chacun a pu rendre compte dans son média respectif, nous sommes reçus par Mihai Constantinescu, le directeur de la manifestation – plus exactement d'Artexim, l'agence organisatrice. Si on compare souvent le festival Enescu à Salzbourg, c'est plutôt de Lucerne ou des Prom's qu'il se rapproche du point de vue de la programmation. Le souci d'excellence ne lui fait pas pour autant oublier l'importance d'une large diffusion auprès du public, un des gages de sa légitimité.


« Rumeurs », c'est l'intitulé que l'Opéra-Comique réserve à l'animation qu'il met en place pour faire cortège à chacune de ses grandes productions.

Récemment, Pierrot Cadmus a ainsi fait pendant parodique à son modèle, la première tragédie signée de Lully et Quinault offerte au même moment avec pompe dans la grande salle, renouant par là le fil traditionnel du pastiche qui accompagnait tout grand succès théâtral sous l'Ancien Régime. Ce divertissement drôle et enlevé, conçu en son temps par Carolet, jouissait d'une partie de l'équipe de Cadmus et Hermione, avec même la participation (exceptionnelle ?) de Benjamin Lazar comme acteur. Quelques chants, de rares instruments, un tréteau et deux ou trois objets ont suffi, et l'heure passa vite. Dans la salle Bizet, au rez-de-chaussée, Arnaud Marzorati présentait pour sa part des chansons de Béranger, « le chantre de la Révolution ». Plus d'un siècle a donc passé, mais le dépaysement a été pareillement du voyage pour ce cabaret d'époque que le baryton servait à plaisir.

C'est ainsi que sont succédé le cycle de récitals « les Levers du Roy », concoctés par Vincent Dumestre et les membres isolés de son Poème Harmonique, ou à la charge de l'Ensemble Ausonia de Mira Glodeanu ; ou bien les « Confidences », susurrées par l'exposition « Scènes de ballets de cour », ou le colloque international « l'Invention de l'opéra français » ; comme les " miroirs ", tel le Carnaval et la Folie, comédie-ballet de Destouche présentée par l'Académie d'Ambronay sous la battue d'Hervé Niquet. Le vocabulaire imagé ne manque pas pour désigner ces initiatives qui se veulent le reflet du dynamisme de la maison : " aller à la rencontre du public, multiplier les accès et chemins de traverse en éclairant chaque production phare par une multiplicité de manifestations annexes ", selon les vœux de son directeur. Car cette politique entend aussi favoriser l'accès d'un répertoire méconnu au plus large public. Jérôme Deschamps ne manque pas d'idées comme quand il institue, par exemple, un " mécénat de regard ", formule qui permet à une personne un peu plus fortunée d'acheter une seconde place qui profitera à un invité inconnu d'elle.

Pour les retrouvailles avec Zampa, en mars, la rumeur enflera, comme il est de règle. Et d'autres surprises émailleront différents lieux du théâtre en écho au grand spectacle du mois. En l'espèce, l'Opéra-Comique pousse encore davantage une politique d'ouverture que pratiquent d'autres institutions lyriques, le Châtelet, le Théâtre des Champs-Élysées et bien entendu d'Opéra de Paris, pour n'en rester qu'au cas parisien. Chacun tente d'apporter sa réponse à l'incertitude de l'opéra, genre encore taxé d'historiquement daté et socialement marqué, face à son avenir, à ses scléroses. La survie est à ce prix. Mais ici s'ajoutent le désir et l'enthousiasme qui relèvent les plus téméraires défis : en l'occurrence, celui de renouer avec un répertoire oublié et d'œuvrer à sa réhabilitation. L'Opéra-Comique retrouve son identité : nos souhaits de réussite l'accompagnent.

Pierre-René Serna